98 route de l’Usine

Chosal, 74350 COPPONEX

Contactez-Nous

+33 (0)4 50 44 12 82

Ferme pour tous

En visite libre toute l'année

Les métiers proposés

Les métiers de l'ESAT

Galerie des métiers

L’activité agricole de La Ferme de Chosal s’est diversifiée au fil du temps pour répondre aux nouvelles attentes « sociétales » :

Nous sommes toujours des maraîchers et des horticulteurs, mais nous répondons aussi aux demandes d’entretien des espaces verts ou des espaces naturels, au besoin de compostage des déchets verts, de culture de « roseaux, les phragmites » pour les stations naturelles de traitement des eaux usées. 

Les ouvriers de l’ESAT à la Ferme sont aussi   des aide-animateurs, des spécialises de la vente des produits de la ferme à l’éco-boutique…sans oublier des aides ménagers et aides cuisiniers remarquables   

De beaux métiers à rencontrer ! 

Ces diver­si­fi­ca­tions répon­dent aussi à notre besoin d’entre­tien, de pro­tec­tion et de valo­ri­sa­tion de notre envi­ron­ne­ment de proxi­mité.

Merci aux relecteurs : Gisel Hagen, Sabrina Boisier, Joël Gret et Yvon Kervinio pour leur collaboration sur ce document FALC.

Caractéristiques des métiers

Pour conduire son projet, La Ferme de Chosal s’appuie sur l’agriculture comme support principal d’activité. Le choix de l’agriculture n’est pas neutre car l’activité en elle-même est porteuse de sens.

Le premier élément qui vient à l’esprit pour caractériser le travail à la ferme, c’est le contact permanent avec le vivant. Que le travailleur en soit conscient ou pas, il va devoir constamment favoriser la vie, la protéger par des soins attentifs.
Pour qu’une plante ou un animal arrive à se développer, il faut l’entourer !
Cette confrontation au réel, à la vie est un formidable facteur de développement et de responsabilisation. Favoriser la vie, c’est favoriser en soi-même les germes de la vie.

Le deuxième élément, c’est le rapport au temps (dans les deux sens du terme). Le travail est fortement marqué par le rythme des saisons, la météorologie.
On peut diviser l’année en deux : une période de forte activité de mars à octobre puis une autre plus apaisée de novembre à février. Cette mauvaise saison devient alors à sa façon une belle saison. Le travail est moins prégnant, il permet l’entretien de la ferme (réseaux, abords), la mise en place de formations professionnelles, l’organisation des activités de soutien. Grâce à ces rythmes naturels forts, la notion de temps devient vraiment palpable et aide la personne handicapée à trouver des repères.

Le troisième élément majeur, c’est la diversité des activités et de l’activité agricole. Elle est difficile à caractériser tellement il y a de richesse dans cette diversité.
Diversité des tâches, des postes, des circonstances, de l’époque.
Diversité accentuée par la mobilité d’une équipe à l’autre, par les déplacements professionnels. Il est plutôt rare qu’un travailleur dans une journée ne fasse qu’une tâche au même endroit. Ce fonctionnement favorise l’éveil, l’adaptabilité.

En dehors de l’aspect purement technique : travaux de sol, semis, mise en place, suivis culturaux, il faut aussi honorer des commandes, donc récolter, conditionner, livrer. On doit aussi servir des clients de détail. Naturellement, à ce stade se noue à travers la mise en marché, le lien avec le tissu économique local ou régional. Le travailleur voit son produit : sa fleur, son légume vendu.

C’est la valo­ri­sa­tion directe et concrète de son tra­vail.
Taille de la police
Contrate